KILANSI KIA KABINDA

REPUBLIC OF CABINDA

His Excellency N'Zita Henriques Tiago, MDR
The President of the Republic of Cabinda
Member of the Cabinda Regency

Très dignes Chefs des États et de Gouvernements
Mesdames, Messieurs, Délégués
Illustres Invités

1 December 2007

Au nom du Peuple Cabindais, je viens avec la due révérence saluer et encourager aux dignitaires représentatifs des états et des gouvernements de l'Union européenne et de l'Afrique réunies, dans cette Augusta Culminante qui se réalise au moment que l'Afrique et l'Europe cherchent les meilleurs chemins pour se retrouver et la stabilité mondiale, que nous tous augurons soit extensive à toutes les nations et à tous les peuples;

Nous demandons, que la Conférence de Berlin, en 1885, prête attention au «DOSSIER CABINDA ET À SES CONSÉQUENCES».

Il s'agit d'un problème crucial d'un Peuple qui cherche à se Libérer de l'Occupation, domaine étranger et du jeu politique imposé par le MPLA.

FLEC, légitime représentant du Peuple du Cabinda, dans la lutte pour son émancipation, apporte à la connaissance à ce Sommet Union Européenne - Afrique et de l'avis international surtout des organismes liés aux Droits Humains de la gravité de la situation vécue sur la Nation du Cabinda, mené à bien par le régime d'occupation du MPLA consolidé dans le suivant :

1. Violation systématique des Droits Humains.

Le Peuple du Cabinda est réduit à une condition inhumaine seulement comparée avec l'esclavagisme et le féodalisme imposés par le régime du MPLA dans un moment où les relations inter-étatiques et entre les peuples priment sur le respect rigoureux des droits humains et individuels, que paradoxalement au Cabinda tous s'efforcent de ne pas voir, même voir et ne rien dire, même quand la conscience les oblige.

Villages brûlés et disparus de la carte du Cabinda, exécutions sommaires, rapts où il s'exige en échange le silence et l'acceptation du régime d'occupation; kidnappings, déportations, mariages forcés des mineurs du sexe féminin avec des membres des forces de défense et de sécurité du régime d'occupation; persécutions et emprisonnement des Cabindais innocents auxquels ne s'épargnent pas des journalistes et des Activistes Civiques Cabindais et internationaux, et membres des églises qui s'alignent pas aux prétentions du régime, sous excuse de soutenir la résistance armée, qu’en même temps que le MPLA dit d'avoir neutralisée.

Néanmoins, le MPLA continue a augmenter son effectif militaire sur la Nation du Cabinda et dans les pays voisins de celui-ci, où il poursuit ouvertement les réfugiés Cabindais sous protection du HCR, sans que cette organisation et la Communauté Internationale interpellent et répriment le régime du MPLA et de leurs actes en utilisant les mécanismes semblables.

Récemment, en novembre, quatre (4) Citoyens Cabindais ont été enlevés dans un hôpital du Bas-Congo (RDC) et conduits au Cabinda où ils sont illégalement emprisonnés et soumis à des pires vicissitudes. Il s'agit des compatriotes :
Daniel Samuel Massiala, José Buanha, Francisco Tiaba et Cristiano Manuel de Jésus.

Également, le journaliste cabindais, José Fernando Lelo correspondant de la Voix d'Amériques au Cabinda, a été enlevé du Cabinda et extradé à Luanda. Sans accusation ni jugement. Nous n'avons d'aucune information concrète de son état.

En résumée, le Peuple du Cabinda vit un vrai enfer dans sa terre et personne ne fait attention à leurs cris. Personne ne veut risquer ses intérêts économiques en voulant défendre un peuple en vois d'extinction.

Au Cabinda, le pétrole est plus valorisé que l'espèce humaine.

2. Le conflit.

La culture du dialogue et de la négociation serait une présupposition pour la solution du différent qui s'oppose au MPLA et au Gouvernement provisoire du Cabinda.

Dans un état démocratique et de droit, la souveraineté habite dans le peuple, qui convient à déterminer sa destination.
FLEC, dans sa représentation du Peuple Cabindais, a appelé à maintes reprises l'attention du régime dictatorial et illégitime du MPLA pour entamer un dialogue franc, sérieux, et transparent avec les Représentants de la Nation du Cabinda, qui malheureusement a été toujours répondu avec la recrudescence de l'escalade militaire et de la violence contre la Population Cabindaise sans défense.

Le pari de le MPLA à une solution militaire est prouvée dans le lancement d'une plus grande offensive militaire des forces angolaises sur la Nation du Cabinda en 2002, sous le code de «Operação Limpeza (Opération Nettoyage)», qui continue jusqu'aujourd'hui avec des changements successifs de codes et lesquels visent l'extermination massive de la population cabindaise.

Cette attitude du régime non élect du MPLA n'est pas étrange au Peuple du Cabinda qui devenu victime des barbaries du régime illégitime du MPLA depuis le coup militaire mené à bien par MPLA en 1974, avec lequel il a dicté l'occupation de la Nation du Cabinda, suivie de l'annexion du Cabinda par le MPLA, après 1975.

Néanmoins, le silence de la communauté internationale et surtout celui de l'Union Africaine et du portugal, pouvoir auquel les cabindais ont confié sa protection, et de l'Europe qui a des lacets séculaires avec le continent africain, et qui soutient impérativement au sommet la bannière du respect des droits humains, la justice, la paix, la démocratie et la culture du dialogue et des négociations pour la solution des différends politiques, comme il a fait preuve au Timor Este et Macédoine, et aujourd'hui au Sahara Occidental et Soudan, seulement pour citer ceux-ci, il nous bâillonne plus que la cruauté du régime illégitime du MPLA. Alors, pourquoi ce silence sur le Cabinda?

De plus, le FLEC, au nom du Peuple du Cabinda, réitère sa disposition de privilégier une solution politique améliorée du conflit par la voix du dialogue et des négociations impliquant la communauté internationale comme étant l'arbitre et le garant des négociations et la mise en oeuvre des accords à atteindre.

À cet effet nous adressons une proposition concrète au régime illégitime du MPLA, le Dictateur monsieur José Eduardo dos Santos, et un dossier compréhensif de notre position à plusieurs hommes d'état et à chefs des gouvernements présents au Sommet de Lisbonne, et non seulement, pour qu'ils aient dans une attention au drame du Peuple Cabindais et apportent leur contribution pour mettre fin au martyre de notre Peuple.

3. Appel.

La solution basée dans la force des armes et dans la corruption stimulée par le régime illégal et dictatorial, corrupt et criminel du MPLA pour faire taire les Cabindais, comme de personnalités internationales, n'apportera aucune solution à ce conflit et coûtera plus cher l'humanité, que la recherche d'une solution pacifique par le biais du dialogue et des négociations.

De ce fait, faisons appel :

a) Que dans le contexte de la solution des conflits dans l'Afrique, facteur de déstabilisation et sous-développement du continent africain ; et en visant le progrès des peuples et le développement humain en Afrique, s'affleure le problème du Cabinda, dont la solution, croyons nous, influencera grandement la stabilité et la paix dans la Région de l'Afrique Centrale et par la connexion de la Région des Grands Lacs et l'Afrique en général.

b) Que les cabindais ne soient pas des hostiles aux intérêts étrangers existants sur son territoire, donc la solution pacifique du conflit ne pourra pas menacer les intérêts étrangers au Cabinda; par contre ce sera une stimulation.

c) Que s'interpelle le régime illégitime du MPLA pour cesser toutes les pratiques inhumaines sur la Nation du Cabinda et résoudre le conflit par la voix du dialogue et de négociations sérieuses et transparentes, en acceptant la disposition et l'ouverture que les Cabindais présentent.

d) Que le Portugal, soutenu par l'Union Africaine et l'Union européenne rapporte le problème du Cabinda au Conseil de Sécurité de l'ONU et oeuvre dans la création de l'espace pour le dialogue, en visant la solution définitive du conflit au Cabinda.

En finissant, j'aimerai désirer des succès aux intentions du Sommet et réitérer aux leaders de l'Afrique et de l'Union européenne réunis que vous tenez dans vos mains la chance de la Population martyrisée du Cabinda, et la possibilité de promouvoir des relations humaines plus joutes dans l'Afrique et la coexistence pacifique, pour le bien de l'humanité.

Avec estime et considération,

Je me souscris,

Nzita Henriques Tiago
Le président du Front de Libération de l'État du Cabinda
Chef du Gouvernement du Cabinda


MENU - INDICE