Le Peuple Cabindais possède le droit de combattre l'occupation avec tous les moyens

12 May 2008

Peuple Cabindais, Peuple courage, ne vous y trompez pas et ne soyez pas ignorants, nous sommes tous pendant 33 ans dans l'université des souffrances, faculté des mensonges et des anti-valeurs, nous sommes devenus des licenciés en famine et plus de 33 ans de spécialisations en guerres et d'agression. Où irons-nous avec les scénarios du MPLA? C'est pour cela qu'il est dit: Réveilles-toi, toi qui dors, réveilles-toi.

Peuple Cabindais, levons-nous et faisons sortir notre beau pays, le Cabinda dans le comas politique, économique, socio-culturel et religieux. C'est le moment de vous demander si vous voulez être des spectateurs ou des joueurs, sur le banc de touche ou au milieu du terrain, fixez les buts et soyez actif et acteur pour construire notre beau pays la Cabinda, car Dieu nous a donné des capacités physiques et morales, armons-nous avec des pensées positives et constructives.

Peuple Cabindais, levez-vous car cette affaire vous concerne: c'est maintenant ou jamais, la trompette a sonné, c'est l'heure de réflexion, de conquêtes, de décisions et d'exploits pour le Cabinda et pour tout Cabindais. Des temps nouveaux commencent, le Cabinda pour les Cabindais, le Cabinda, c'est notre héritage, le Cabinda c'est une couronne de gloire pour tout Cabindais, le Cabinda c'est notre richesse et c'est une nation prophétique. Le Cabinda n'est pas un gâteau ni une prostituée. Nous sommes victime d'un grand complot international à cause de notre héritage.

Peuple Cabindais, prenez courage, levez-vous, défendez vos diplômes et tous vos mérites, expérimentez vos capacités, vos facultés, car vous êtes des intelligents, des sages, des dynamiques et utiles pour cette nation et vous êtes le résultat d'un plan précis pour le Cabinda.

Peuple Cabindais, levons-nous et bâtissons!

Personne ne se libère seul. personne ne libère autrui. Les hommes se libèrent ensemble.

Nous devons nous battre dur tous ensemble pour redonner à l'Afrique notre continent, au Cabinda notre Pays sa vraie image qui est celle de la joie, de la paix, de l'union, de la solidarité et surtout de liberter. Notre peuple est partout soumis à un génocide à huis clos, à la terreur, à l'insécurité, à la famine, à la misère, aux massacres, aux assassinats, aux viols forcés, aux déplacements forcés, à l'expropriation de ses terres et de son Pays. Nous invitons tous les compatriotes de toutes sensibilité politique, de tout horizon et de toute condition sociale mais épris de liberté nous rejoindre sans tarder pour qu'en ensemble nous poussions mettre un terme à cet asservissement et à la dictature. Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit.

Autant mourir pour une cause juste, qui, demain fera notre fierté, plutôt que de vivre dans l'espoir de voir un jour un Cabinda libre et digne, chose qui ne risque pas de voir le jour, si nous ne prenons pas conscience de la gravité de la situation actuelle. Il suffit pas de dénoncer et de se lamenter en ayant les bras croisés!

Unissons nous, constituons une force dans le souci de préserver l'unité nationale, mais surtout, de contribuer au développement économique et sociale du Cabinda

Il est grand temps de prendre notre destin en main et cesser d'avoir peur car, l'homme qui a peur de mourir n'est pas un homme libre

Jean Claude Nzita


Notre cause est juste et nous vaincrons

20 May 2008

Dressons nos fronts longtemps courbés !
A tous les Compatriotes Cabindais,
A tous ceux de la Société Civile Cabindaise,
Je vous adresse mes salutations patriotiques !
Le Cabinda est en guerre !
Le Peuple Cabindais est agressé !

Le Peuple Cabindais prend les armes pour se défendre, défendre le Cabinda, défendre les richesses du Cabinda, défendre la Terre de nos Ancêtres.

Pour une guerre non déclarée, lP Peuple Cabindais mène un combat, le combat pour la vie! Un drame et une tragédie meurtrière sans précédent ravagent notre cher pays le Cabinda.

De massacres de nos populations se multiplient et augmentent en intensité. Nos enfants sont massacrés. Nos femmes sont violées et brûlées vives. Nos frères et parents sont tués sans sommation. Nos jeunes gens sont incorporés dans l'armée fantoche pour servir de chair à canon. Nos villages sont brûlés et nos villes sont démolies. Nos richesses sont systématiquement pillées et emportées à l'étranger servant à acheter les armes pour nous tuer.

Cette conjuration sanglante meurtrière par une guerre de rapine nous est imposée, perpétrée et commanditée par l'MPLA de José Eduardo Dos Santos.

Une fois encore dans l'histoire, notre pays est occupé, la terre de nos Ancêtres est envahie, le Peuple Cabindais est victime d'une agression sanglante, d'une guerre non déclarée. Tous nos Droits en tant que "Hommes" sont bafoués.

Le but de cette conjuration criminelle est claire: occupé le Cabinda et se partager le territoire Cabindais, opprimer le Peuple Cabindais affin d'exploiter dans toute impunité. A l'exemple de bravoure de nos Ancêtres et de nos Aînés, je lance un appel pathétique à tous les Cabindais et à toutes les Cabindaises. Où que vous soyez à travers le Monde, je fais un urgent appel à votre esprit patriotique, à votre bravoure et à votre fierté en tant que natifs de ce gigantesque et richard pays. Comme de coutume, nous devons continuer à agir et réagir contre les provocations meurtrières dont nous sommes victimes. Nous savons que le Cabindais ne se laisse jamais subir un affront cruel et n'a pas peur de personne dans ce monde, quels que soient les moyens que nos ennemis disposent.

L'heure du devoir a déjà sonné et continue à sonner, faisant appel à la résistance. Nous devons résister contre les humiliations que les ennemis nous font subir. Et encore sur notre territoire, sur le sol de nos Ancêtres! Quel que soit le motif avancé, quelles que soient les personnes et les méthodes utilisées, l'agression, l'occupation de notre territoire, le pillage de nos richesses, la violence exercée contre nos populations ne se justifient pas.

Le seul moyen d'y mettre fin est de nous y opposer énergiquement par tous les moyens dont nous disposons, par toutes les formes de lutte.
Nous Cabindais, nous devons nous défendre. Nous en avons le Droit. Tous les moyens sont bons pour nous défendre. La défense de la souveraineté du Cabinda, du Peuple Cabindais et des richesses du Cabinda doit se faire en pensée, en parole et en action, de multiple façons et de longue durée.
Que chaque Cabindais et chaque Cabindaise fasse la résistance là il / elle se trouve et à sa manière.

Notre cause est juste et nous vaincrons.

Alors, mettons-nous tous debout, debout Cabindais; Hommes, Femmes et Enfants!

Dressons nos fronts longtemps courbés!

Et en avant dans la lutte de résistance patriotique pour sauver notre pays et notre Peuple et nos richesses.

Unissons-nous, réorganisons-nous dans un vaste mouvement de résistance.

Prenons les armes! A chacun (e) son arme!

Regroupons-nous dans un large front uni national d'organisations politiques.

Notre résistance aux ennemis se distingue par sa forme diverse: elle est unique, multiple et multiforme.
Nous menons la résistance en faisant la guerre populaire, la guerre des Partisans.

Nous sommes déterminés à nous défendre jusqu'à la dernière goutte de notre sang et d'énormes sacrifices.

Nous menons la résistance patriotique pour obliger toutes les forces étrangères d'occupation à quitter notre territoire sans aucune forme de condition à nous imposer. La seule porte de sortie que nous laissons à nos agresseurs est le départ du territoire Cabindais, sans condition !
Nous exigeons que toutes les forces étrangères quittent notre pays, ceci par ordre d'arrivée.

Nous, nous engageons dans la lutte de résistance pour obliger tous les pays étrangers, toutes les organisations dans le monde de ne pas essayer d'intervenir dans les affaires congolaises.
Nous devons riposter vigoureusement.

Notre combat se dresse contre toute ingérence, toute injonction, toute agressivité, toute convoitise, toute imposition, toute forme de chantage et d'inquisition étrangères contre la liberté, la volonté et la souveraineté du Peuple Cabindais.

Notre lutte de résistance est permanente. Elle pourrait être longue et pénible mais notre détermination est grande et la victoire est certaine, parce que le Cabindais est un Peuple grand, patient, courageux et invincible. Si vous le provoquez vous devez vous attendre à payer chèrement de votre audace ! Il est grand temps que nos agresseurs déguerpissent et renoncent une fois pour toute à leur mésaventure périlleuse, avant qu'il ne soit trop tard ! Mais, pendant combien de temps vont-ils persister dans leur entêtement suicidaire volontaire!
A toute chose, il faut considérer l'issue.

Nos ennemis pourront nous attaquer les premiers, faire des attaques éclaires, faire usage de toutes les armes sophistiqués, engager autant d'hommes dans les combats, s'allier à toutes les puissances dominantes du monde actuel, gagner plusieurs batailles, voire même occuper tout notre territoire. Mais, la Guerre, elle, ils ne la gagneront pas !
Que les pessimistes, les arrogants et les ambitieux nous mettent à l'épreuve !

L'avenir nous le dira !

Pour Nous Peuple Cabindais, c'est vaincre ou mourir.

Que Dieu bénisse le Cabinda

Je vous remercie
Jean–Claude N’Zita
La résistance vaincra !


LETTRE OUVERTE AU SECRETAIRE GENERAL DE L'ONU ET AUX PAYS MEMBRES PERMANENTS DU CONSEIL DE SECURITE

15 June 2008

Monsieur le Secrétaire Général des Nations Unies Ban Ki-moon
Mesdames/Messieurs des Pays Membres Permanents du Conseil de Securite

Suite à la guerre d'agression, dont le Peuple Cabindais est victime depuis plusieurs décennies des crimes contre l'humanité, crimes de guerre et crimes pour épuration ethnique qui constituent un génocide au sein de cette population meurtrie par l'intelligence du régime génocidaire de Monsieur José Edouardo Dos Santos du MPLA.

Nous avons l'honneur de venir auprès de votre autorité, vous demander de rompre le silence sur l'apocalypse des millions de morts Cabindais et de reconnaître ce cas préoccupant du génocide Cabindais.

Nous pensons que votre rôle et votre tâche fondamentaux, ainsi que ceux des cinq membres permanents du Conseil de Sécurité de l'ONU, est de garantir la sécurité et la paix entre les nations d'une part, et de protéger la vie des humains et des peuples du monde d'autre part.

Le conseil de Sécurité des Nations Unies est une institution prestigieuse, un des «organes principaux» de l'ONU.

Mais hélas! Le Peuple Cabindais constate avec un profond regret, que depuis 33 ans de guerre d'agression, la Population Cabindaise des territoires occupés est abandonnée à leur triste sort à la portée des criminels terroristes génocidaires des armées étrangères qui font pour accomplir leur sale bésogne.

Ayant remarqué cette indifférence du conseil de sécurité de l'ONU à l'égard de la population des territoires occupés du Cabinda, nous venons encore aujourd'hui sonner notre sonnette d'alarme et vous envoyer notre signal de détresse à votre direction, car des milliers des personnes meurent dont les enfants.

Il n'est plus un secret pour personne de connaître ce qui se fait depuis des longues années sous la barbe de la communauté Internationale passive au malheur du Peuple Cabindais.
Le régime génocidaire du MPLA fait des descentes punitives régulières dans les territoires du Cabinda pour massacrer sans vergogne la population sans défense qui n'a cherchée qu'à retrouver son indépendance et son développement.
Dans tous ces drames, nous Peuples Cabindais du territoire occupé demandons immédiatement qu'un plan de sauvetage de cette population soit mis en place afin d'éviter le paroxysme de cette situation qui ne dit pas son nom aujourd'hui.

Depuis 1975 à ces jours, le Peuple Cabindais vit une situation de calamité sans précédent au terme de ces hostilités subit sans être entendu et soutenu par cette communauté qui est sensée être la garante de la sécurité des populations dans le monde. Il est donc urgent que vous vous penchiez sur cette situation et d'envoyer une commission d'enquête, car un grand projet macabre d'épuration, de génocide sur le Peuple Cabindais par JoseEdouardo Dos Santos et son armée s'apprêtent d'opérer contre notre Peuple.

Depuis le commencement des hostilités contre notre peuple, nous ne comprenons pas comment nos cris, au vu de nos morts, filles et fils de ce pays tombent sans que la communauté Internationale en fasse une préoccupation afin de sauver des vies innocentes dans cette partie de la planète.

Il va aujourd'hui de l'urgence qui en découle pour vous venir sur place pour vous en acquérir de la véracité du travail manifeste de tuerie qui se fait sur notre population.

Nos témoignages sur ce qui se passe dans cette partie de la planète prouvent la barbarie dont font les hommes de l'escadron de l'homme du chef du MPLA.

Nous dénombrons des cas injustifiables, intolérables et inexplicables.
Cette armée criminelle a commise des atrocités et des bestialités sans précédent dans l'histoire de l'humanité :
- les bébés sont éventrés et poignardés dans les ventres de leurs mamans,
- les femmes enceintes éventrés,
- Etêtement des civils innocents,
- Enterrement vivant des femmes, les vieillards et les enfants restés aux villages,- Les yeux des pauvres villageois et des paysans sont crevés.
-Plusieurs condamnations extrajudiciaires qui mènent de facto à l'amputation des mains, des pieds, des sexes des hommes et des seins des femmes,
- viols organisés des enfants de moins de 10 ans, des veilles, femmes cabindaises, - - Ablation des organes génitaux des femmes et hommes avec une méchanceté diabolique.
- Les femmes sont poignardées ou tirées dans leurs appareils vaginaux.
- Pendaison d'hommes par le sexe aux branches d'arbres,
- fusiller les populations civiles innocentes,
- Destruction méchante de la faune et la flore,
- sabotage du barrage hydroélectrique pour conséquence de donner la mort de plusieurs malades et enfants dans les hôpitaux,
- Empoisonnement de l'eau potable,
- Transfusion volontaire du virus VIH/SIDA aux femmes et aux enfants cabindais dans le territoire pour arrêter la croissance et le taux de natalité du peuple Cabindais.
- Pillage systématique des richesses du Cabinda,
- Les hommes et les femmes sont brulés vifs.

Monsieur le Secrétaire Général, sur cette véritable razzia qui ne dit pas son nom que subit au quotidien la Population du Cabinda, nous venons porter à votre connaissance le malheur et le désarroi de notre peuple pour que vous puissiez diligenter le plus urgemment possible une enquête sur terrain afin de barrer la route à ce plan macabre plane sur des milliers de vie.

Croyant fermement à votre autorité et pensant que vous prendrez à cœur l'ensemble de nos désidérata et les capitalisant pour qu'enfin justice soit rendu à notre peuple, car rien ne justifie la lassitude du conseil de sécurité sur ce cas grave de traitement inhumain sur le Peuple Cabindais.

Nous pensons que la paix et la sécurité au Cabinda ne peuvent pas être assurées par un gouvernement d'occupation qui crée de l'insécurité en usant de la violence et de la répression pour éliminer les aspirations pacifiques et droits légitimes d'un Peuple.

Jean Claude Nzita

Président de la communauté Cabindaise en Suisse


 

LETTRE OUVERTE AU SECRETAIRE GENERAL DE L´ONU

1 October 2008

MR. BAN KI-MOON, SECRETAIRE GENERAL DE L´ONU

L´Organisation des Nations Unies dont vous êtes aujourd´hui Sécretaire Général a été créée em 1945, après la Séconde Guerre Mondiale, pour le maintien de la Paix et la Sécurité internationales. Cette organisation a aussi comme mission de chercher des solutions à des graves crises que l´humanité toute entière traverse de nos jours.

Je vous écrit pour vous donner un bref aperçu sur la situation dramatique que vit le Peuple du Cabinda depuis l´occupation ilegal de son territoire par l´MPLA en 1975. En effet, comme vous devez le savoir, les données historiques et juridiques nous renseignent que le Cabinda était un protectorat portugais, tandis que l´Angola fut une colonie portugaise avant d´acceder à son indépendance le 11 Novembre 1975. L´angola et le Cabinda avaient donc des statuts très différents, à tel point que la constitution portugaise de 1933, dans son article 3º fait une distinction très claire entre ces deux territoires. De même, la Charte Africaine de Décolonisation avait inscrit le Cabinda comme le 39º État à décoloniser, l´angola en étant le 35º. Comme nous le savons, l´angola a accedé à son "indépendance" depuis 1975, année pendant laquelle elle profita pour envahir le Cabinda.

Depuis lors, le Peuple Cabindais se débat pour se livrer du joug angolais, mais il n´arrive pas parce que, malgré ses cris permanents, personne ne lui tend la main, aucune organisation, soit internationale, soit régionale ne se prononce sur la question Cabindaise. Le Peuple Cabindais est entrain d´être tué à petit feu, exterminé, sacrifié par les angolais, malheureusement à cause de son propre territoire.

L´MPLA fait croire, depuis toujours, à la Communauté Internationale qu´il n-y- a pas de problèmes au Cabinda, qu´il n-y-a pas de violations des Droits de l´Homme dans la Nation Cabindais, etc... L´image que l´MPLA vend à l´extérieur est totalement différente. Le Peuple du Cabinda souffre, il y-a des morts, des arrestations arbitraires, des sevices, des intimidations presque tous les jours, la guerre continue entre l´armée angolaise et le FLEC. Le semblant de memorandum que le regime du MPLA a signé avec António Bento Bembe en 2006 a été un fiasco, parce que ce dernier n´a rien negocié pour le Cabinda, mais plutot s´est fait corrompre et a été obligé par le MPLA de signer les documents déjà élaborés par le MPLA et qui n´ont pas contemplé les intérets suprêmes du Peuple Cabindais. C´est pour cette raison que les Cabindais ne se revoient pas dans les accords de 2006.

Même avec le semblant de memorandum, il y-a toujours une forte présence militaire et policière au Cabinda, ce qui ne se constate pas en terre angolaise depuis la fin de la guerre (en angola, bien sûr) avec la mort du leader de L´UNITA, Jonas Malheiro SAVIMBI, le 22 Février 2002 à Moxico. Il y-a plus de militaires et policiers angolais au Cabinda que des civils, et pourtant le regime du MPLA a fait croire à tout le monde, y compris à la Communauté Internationale (dans laquelle on trouve aussi l´ONU) que la guerre était finie au Cabinda. António Bento Bembe avait aussi affirmé publiquement que le FLCEC n´existe plus. Ce n´est que des pures mensonges.Comme il y-a un nombre trés important des militaires et policiers du MPLA au Cabinda, ces hommes sont inclus dans l´effectif du Peuple Cabindais, ce qui fait que, aux élections de 1992 et celles du 5 Septembre 2008, le MPLA ait eu de bons pourcentages pour tromper le monde en disant que même au Cabinda, le peuple aime le parti au pouvoir, bien au contraire.

L´ONU existe pour résoudre les problèmes mondiaux, le problème du Cabinda n´est pas une exception. On arrive pas à comprendre pourquoi l´ONU n´est jamais intervenue, ne s´est jamais prononcée sur tout ce qui se passe au Cabinda. L´ONU ne doit plus continuer á regarder les angolais tuer les Cabindais à cause de leur propre territoire. Toutes les tentatives de négociations avec les angolais ont toujours échoué, tout simplement parce que l´MPLA n´a jamais assumé la question Cabindaise avec serrenité. Pour mémoire, on se souvient du cessez le feu provisoire de Safica en 1985, des rencontres à Pointe-Noire et Brazzaville, des rencontres de Paris en 1994, de Libreville en 1996, etc...

L´experience de l´histoire nous a déjà démontré que la logique de la guerre ne l´emportera jamais dans le conflit entre l´MPLA et le Cabinda, même si l´MPLA a des milliers de miltaires au Cabinda. La guerre a commencé il y-a plus de trente ans et l´angola ne l´a jamais gagnée, même avec sa forte armée.. Une seule chose est vraie: les Cabindais luttent pour une cause juste et quand c´est comme ça, la victoire des envahisseurs et pirates est impossible. Nous avons toujours demandé aux angolais pour qu´on entame des négociations sérieuses, transparentes, avec la paricipation de toutes les sensibilités du Cabinda pour la solution de la question Cabindaise, le regime du MPLA ne se prononce pas jusqu´à aujourd´hui.

En face de cette situation dramatique qui perdure depuis de longues et pénibles années, nous Cabindais demandons à l´ONU d´intervenir sur le DOSSIER DU CABINDA, CAR C´EST SON DEVOIR.

Dans l´espoir que ce bref aperçu sur le Cabinda meritera votre attention, je vous prie d´agréer, MR. LE SECRETAIRE GENERAL DE L´ONU, l´expression de mes salutations les meilleures.

NIMI JOÃO, FILS DU CABINDA

 

cabinda@gmail.com

INDEX